CDEI

La Route Celtique

Blog

 

Le Tartan

Boutique aux mille et un talents

Nous contacter

 

 

Le Tartan


Ce petit journal local est l’outil de communication par excellence de tous les résidents d’Inverness. Entièrement gratuit pour tous les payeurs de taxes qui ont leur adresse permanente à Inverness, le Tartan informe les citoyens sur ce qui se passe dans leur communauté. Les organismes à but non lucratif profitent de chaque édition pour annoncer leurs activités à venir.


Le Tartan est publié cinq fois par année. Le premier pour la fin février, le deuxième pour la fin avril, le troisième pour la fin juin, le quatrième pour la fin octobre et le dernier pour Noël. Du plus petit lecteur au plus vieux, le Tartan est un  journal  très populaire et très attendu à chaque édition.
Nous en sommes à la treizième année de publication. Entièrement préparé par une équipe de bénévoles, le Tartan continue sa progression grâce à la générosité de nos trois commanditaires principaux, soit la municipalité d’Inverness, le Festival du bœuf d’Inverness et la caisse Desjardins du Sud de Lotbinière.
Vous êtes intéressés à devenir membre extérieur du Tartan, il nous fera plaisir de vous abonner pour la modique somme de 20 $ par année. Aussi, nous acceptons des textes qui donnent de l’information concernant notre communauté. Vous pouvez également envoyer une annonce de choses à vendre ou à acheter ou encore pour annoncer un nouveau service. Les textes devront nous parvenir pour le début du mois dont l’édition sortira.


Parfois nous avons un thème. Si le thème vous plaît et que vous avez des choses à dire sur le sujet, il nous fera plaisir de vous publier. Une équipe de correction vérifie les textes et nous respectons toujours l’écriture et la forme de chaque texte. Le comité se garde le droit de refuser tout texte désobligeant ou contenant des opinions qui pourraient blesser certains de nos citoyens.
Pour nous joindre : letartan@hotmail.com

Un aperçu des publications. (lien)


 

coulée 44.jpgLes Coulées en hiver


  • Bonjour, belle journée pour faire de la raquette !
  • En effet, le soleil est radieux et il ne fait pas trop froid.
  • Vous venez souvent dans les sentiers ?
  • Oh ! au moins une fois par semaine, nous adorons la vue du haut de la montagne.
  • Oui, c’est super ! Alors bonne fin de randonnée.

Nous continuons notre expédition dans le sentier bleu. Ah ! Voici un autre habitué qui promène son chien,

on le rencontre presque à chaque fois que l’on vient.

  • Bonjour !
  • Bonjour, bonne fin de journée !
  • Vous aussi !

Bon ! Nous voici à l’intersection des deux sentiers, le bleu et le jaune. Nous terminerons notre trajet avec environ 1km dans le jaune avec les belles dénivellations.
Créés en 2004, les sentiers pédestres sont une initiative du Comité de développement d’Inverness. Situés en arrière du musée, ils ont vus le jour grâce à la générosité de deux propriétaires fonciers qui n’ont pas hésité à nous donner la permission de passer sur leur terrain. Merci à Jacques Vachon  et Robert Jutras. Selon les utilisateurs à qui nous avons parlé, Les Coulées sont deux sentiers intéressants pour les beaux paysages offerts et la difficulté cotée de facile pour la bleu et d’intermédiaire pour le jaune. Pas très longs, pas assez pour certains, les sentiers Les Coulées offrent belle occasion de profiter de la nature sans avoir à demander la permission pour circuler sur un terrain qui n’est pas le nôtre.
Nous pensons même ajouter un nouveau sentier, plus long et plus escarpé, pour satisfaire les randonneurs plus expérimentés ou qui en veulent un peu plus. On pourrait l’appeler la piste rouge. A venir, peut-être en 2010.
Malheureusement, nous nous sommes aperçus dernièrement que certains randonneurs ne suivaient pas les pistes balisées jaune et bleu. Même que nous avons retrouvé des rubans bleus pour baliser la piste jaune… De grâce,  respectons les sentiers, respectons les balises et surtout respectons le droit de passage que nous avons reçu des deux propriétaires fonciers. Il en va de l’avenir de nos sentiers.
Vous n’êtes pas encore allés ? Alors, qu’attendez-vous ? 


Gilles Pelletier

_________________________________________________________________________________

10Le Tartan

Sentier 1.JPG

 

 

 

 

 

 

Zone de Texte: 

 


...pour ton nom, pour ton histoire, pour ton lac, ta rivière, tes collines et tes érablières, pour ta quiétude et ton espace, parce que nous y travaillons ou tout simplement parce que nous y sommes nés ». Voilà les raisons les plus souvent invoquées. Jamais parmi celles-ci nous n'entendrons  « pour ton centre de village, pour ton école, ton bureau de poste, ta quincaillerie, ton épicerie ». Et pourtant sans eux, porterais-tu encore le nom de village?
C'est vrai que le village est tranquille, trop parfois. C'est la rançon de son charme.
Inverness, c'est 175 km carrés (17 500 hectares ou 43 750 acres) pour 820 habitants, soit  21 hectares (53 acres ) d'espace vital pour chacun.
Inverness, c'est 100 km de routes. Ainsi, placés tous le long des rues et des rangs, chacun serait à 122 m (406 pieds) de son voisin.
Inverness, c'est merveilleux. Pensez donc aux Hollandais, le peuple le plus serré d'Europe: chaque habitant dispose de 0,2 hectare (une demi-acre) et placés à la queue leu leu le long des routes, les Hollandais seraient à 7,25 m (24 pieds) l'un de l'autre.

Il y a plus fort: le Bengladesh, au nord de l'Inde. Il y a 850 habitants par km carré, tout Inverness sur un carré d'un kilomètre de côté. Placés au bord des chemins, les Bengalis seraient à 10 cm (4 pouces) l’un de l’autre.

Il est vrai que nous les avons les grands espaces.

  

Nous sommes bien à Inverness, mais il  faut en avoir les moyens. Nous ne sommes pas nombreux pour payer le déneigement de rangs aussi longs, pour nous payer une station d’épuration.
Parfois nous sommes à blâmer quand nous allons  chercher bien loin ce que nous avons à deux pas. Nous nous laissons tenter, nous  magasinons pour nous distraire  comme nous irions au cinéma. Tant que le prix de l’essence ne nous étrangle pas, nous continuerons à préférer les centres commerciaux racoleurs. Nous aurons du regret, le jour, où pour aller acheter un litre de lait, nous brûlerons 5 litres d’essence à 2 dollars…parce que le dépanneur aura fermé ses volets.

Etienne Walravens

 

 

Accueil | Bibliographie | Carte du site | Carte routière | Carte du circuit
Conception et remerciements | English | Contactez-nous

© 2010 CDEI (Tous droits réservés/All Rights Reserved)